Personnellement, je trouve que notre génération est ensevelie de musique populaire. Qu’advient-il des grands compositeurs classiques. Ceux-ci n’ont absolument rien à voir avec du Justin Bieber ou du Lady Gaga. Je voulais vous faire part d’une recherche que j’ai fait à une époque où j’avais le temps …

Plusieurs artistes ont laissé des trésors artistiques derrière eux. Par la musique, le compositeur hors pair, Wolfgang_Amadeus_Mozart a laissé d’innombrables créations musicales. Dans ce travail, je me concentrerai spécifiquement sur Les Noces de Figaro une composition écrite en 1785-1786. En premier lieu, j’élaborai la démarche artistique de talentueux créateur. Par la suite, j’analyserai l’opéra Les Noces de Figaro. J’expliquerai la démarche qu’il a utilisée pour mettre à terme la musique classique. Pour terminer, je donnerai mon point de vue sur ce musicien.

Pour commencer, Wolfgang Amadeus Mozart est considéré comme un des plus importants compositeurs de la musique classique. Ce musicien se spécialise surtout dans la symphonie, la sonate et le concert. De plus, il est le plus grand auteur d’opéra de son époque. Dans le domaine de la musique, son talent n’a jamais cessé d’accroître. Les pièces de style classique étaient ses préférences musicales. C’est sur elles qu’il préférait travailler. C’est alors qu’il imitera les génies qui ont composé de la musique classique avant lui, tel que Bach. Par contre, il rendra sa mélodie ultra complexe. Il suivra cette méthode tout au long de son cheminement musical. Il est toujours à l’écoute des genres musicaux de son époque. C’est ainsi qu’il aura une immense facilité à composer des oeuvres de style classique. Mozart a l’oreille absolue. Il est capable de reproduire la même mélodie, en l’écoutant une seule fois.[1] Il y a un concept pour expliquer ce phénomène ; cela se nomme la théorie des langages innés. Dès la naissance, le cerveau est capable de capter et de comprendre presque instinctivement la langue d’expression, les mathématiques et la musique. Ce musicien renommé est capable de passé pas dessus ses préjugés. De plus, il est capable d’étendre sa perception. Avec ces qualités, ce génie sera évidemment plus créatif. Sa créativité est gérée par des lobes frontaux. Pour créer ses chansons, il a un grand besoin de dopamines. Chez ce compositeur-interprète, son hémisphère droit du cerveau fonctionne au maximum. Son appréhension de la musique est instantanée. Même s’il entend une mélodie catastrophique, il sera capable de la remettre dans l’ordre grâce à sa capacité d’envisager la globalité de la chose. De plus, l’hémisphère droit a de la difficulté à comprendre le langage parlé. Par conséquent, il est habile à comprendre le langage non verbal. Chez cet artiste, le non verbal c’est la musique. Il est habile à comprendre ce type de langage. Chez cet artiste, le non verbal c’est la musique. Dans ses mélodies, il utilise deux principes Léonardien. Il aura recours à la Corporalita et à la Connessione. Il rendra sa mélodie d’une beauté incroyable. De plus, il fera des liens avec de multiples combinaisons en lien avec la musique. Il écoutera de grands compositeurs, pour ensuite combiner leur mélodie avec sa musique.

Deuxièmement, Les noces de Figaro est un opéra très drôle et très diversifiant composé en 1785-1786.[2] Il avait retravaillé cette mélodie pour les instruments à vent en 1787.[3] Cet opéra est l’un des favoris de Wolfgang Amadeus Mozart.[4] Ce chef-d’oeuvre fut proclamé par tous les spectateurs à Prague.[5] L’ouverture Les Noces de Figaro a été écrite seulement deux jours avant la grande première.[6] Dans l’ensemble de cette composition, il a expérimenté un tas de choses, en très peu de temps.[7] Mozart démontre qu’en quelques jours, qu’il a su démontrer une forme d’art avec beaucoup de personnages.[8] Dans cette pièce, Mozart démontra encore une fois, son immense talent.[9] Par conséquent, Mozart n’a pas inventé un style en particulier.[10] Tout de même, il a su les composer de façon parfaite. Guillaumim et Anzieu ont étudié la sublimation dans la création. Chez Mozart, le sentiment de la beauté est important. Il voulait que son œuvre soit parfaite, au plus haut point. Il voulait que le public apprécie son œuvre.[11] De plus, il d’autres aspects utilisés chez ce compositeur : l’art et la mort. Ce compositeur a souffert de sadisme par Salieri. Mozart a été poussé par ce dernier pour qu’il écrive cet opéra en si peu de temps.[12] De plus, la théorie de Demory est mise en valeur chez cet artiste. Il a pu écrire la musique pour l’opéra en si peu de temps.[13] Son imagination était très fertile. Cela est indispensable pour le développement de la créativité. Encore une fois, dans sa musique, Mozart utilise des qualités créatrices de Léonard De Vinci. L’arte-scienza est utilisé chez ce compositeur. Pour créer à toute vitesse, il n’aura pas le choix d’utiliser les deux parties de son cerveau : l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche. Bref, son cerveau sera sollicité au grand complet. Il utilisera la méthode analogique fantastique de William Gordon. Dans la tête de cet artiste, l’opéra est déjà fini d’être composé. Il ne reste plus qu’à la peaufiner. Avec cette analogie, la musique de cet opéra donnera quelque chose de tout simplement parfait. D’après moi, Mozart est un génie de la musique classique, car il possède un amour inconditionnel pour cette dernière.

En guise de conclusion, Wolfgang Mozart Amadeus a mené une belle carrière musicale, si j’exclus l’épuisement qu’il a subi dû à l’écriture. Même s’il n’a pas inventé un style en particulier, il a tout de même percé au niveau musical. Cet artiste a écrit plusieurs pièces de toutes les sortes, dont Les Noces de Figaro. Ce compositeur a un génie fou. Il est capable de reproduire la même musique en l’ayant seulement écouté une seule fois. Son hémisphère gauche fonctionne au maximum. On peut aussi dire qu’il a fait preuve d’une immense imagination.


[1]Wikipédia, (page consultée le 3 décembre 2008), [En ligne], adresse URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wolfgang_Amadeus_Mozart#Biographie

[3] H.C. Robbins LANDON, 1791 La dernière année de Mozart, France, Édition Fayard, 2005, p. 36

[4] IDEM, p.273

[5] Paul ROUSSEL, Mozart raconté en 50 chefs-d’œuvre, Ottawa, Les éditions de l’homme, p. 163

[6] IDEM

[7] IDEM, p. 168

[8] IDEM

[9] IDEM

[10] Jean-Victor HOCQUARD,  «Mozart» (Wolfgang Amadeus), Encyclopaedia Universalis, Paris, Corpus, 2002, v. 15, p.658

[11] Paul ROUSSEL, Mozart raconté en 50 chefs-d’œuvre, Ottawa, Les éditions de l’homme, p. 163

12 IDEM p. 159

[13] IDEM