**** Pour cette nouvelle publication, je tiens à vous partager les débuts de la littérature au Québec.

Le roman réaliste (Gabrielle Roy, Germaine Guevremont)

On rejette l’idéologie du terroir pour montrer la réalité des Canadiens français qui vivent pauvrement en ville (Les valeurs du milieu). Les valeurs religieuses, attachement à la terre.

Dans les années 60 naît toute une littérature développant le thème du pays et la quête de l’identité. À la tête de ce groupe d’écrivains, c’est Gaston Miron et les éditions de l’Hexagone. (La poésie)

Dans le roman, il y a une grande effervescence qui arrive à maturité avec de grands auteurs comme Hubert Aquin, Réjean Ducharme, Marie-Claire Blais et Anne Hébert.

Dans les années 70, on voit naître une poésie de la contestation de la dénonciation.

Dans les années 80, la littérature va se tourner vers l’intériorité de l’auteur, si bien qu’il y aura autant de sujets qu’il y aura de livres. Toutefois la pré pondération du je, le style baroque et la quête d’identité demeurent très souvent des caractéristiques de la littérature postmoderne. Il y a une désacralisation des valeurs.

Speak White : Les anglophones qui gouvernent les francophones ; les aliénations. Un dialogue avec le monde par la littérature des Québécois immigrants.