Des toiles ….

Laisser un commentaire

J’aimerais vous faire part des toiles que j’aime bien.

Paul-%C3%89mile_Borduas

Roy_Lichtenstein

Andy_Warhol

Jean-Paul Riopelle

Robert lepage et la TECHNOLOGIE …

Laisser un commentaire


Au cours du 20e siècle, une multitude de changements culturels ont été apportés. Si je prends seulement pour exemple la technologie, cette dernière a vraiment évolué pour le bien fait des consommateurs et des artistes. Un peu partout dans le monde, la technologie est offerte aux populations. Celles-ci sont toutes à l’affût des nouvelles technologies. Les producteurs sont heureux d’avoir cette haute technologie dans leur spectacle. Sans cet art électronique, on peut conclure que le théâtre québécois du passé est bien différent de celui que nous pouvons retrouver aujourd’hui. Il n’a jamais cessé d’évoluer. Pour le producteur de théâtre Robert_Lepage, la technologie est souvent utilisée dans la mise en scène de la plupart de ses créations. C’est donc un enjeu majeur pour ce créateur. Il l’utilise autant au théâtre que dans ses productions cinématographiques. Dans les paragraphes suivants, j’aborderai une œuvre de Robert Lepage en plus de parler ce qu’est la technologie pour ce grand artiste. Par la suite, je démontrerai la technologie au théâtre. Pour terminer, je ferai part de la technologie au XXe siècle.

Premièrement,  la pièce de théâtre Zulu Time, est définie comme un vrai cabaret technologique. Elle s’est produite pour la première fois, en 1999.[1] Cette pièce est avant tout un lieu d’essais. Ce lieu, où la technologie est mise en premier plan, est considéré comme une sorte de laboratoire auprès de Robert Lepage. Il a pu essayer une multitude de technologies dans son spectacle. Dans ce dernier, les comédiens font face à divers types de technologies. Dans cette pièce, ces dernières se sont rendues possibles grâce au cinéma et aux talents artistiques de multiples artistes. Il a voulu introduire la technologie grâce à un collectif de talents, dans divers champs culturels. Dans ce chef-d’œuvre, les arts technologiques ont été nécessaires, parce qu’ils possédaient une très grande interactivité envers le public.[2] Robert Lepage n’a pas seulement utilisé de simples éclairages pour ce cabaret technologique. Il a introduit de l’éclairage de type MAC 500.[3] Ce type d’éclairage est réservé exclusivement pour les spectacles de haute technologie. Avec cette intensité de lumière, son spectacle cela parvient parfaitement à la hauteur.[4] Tous ces effets d’éclairages procurent aussi au spectateur, une très haute sensation de fin du monde. De plus, sur scène, il y a toutes sortes de robots qui sont agités dans tous les sens, sans oublier les vidéos qui frappent d’un coup sec les yeux.[5]

Deuxièmement, M. Robert Lepage crée non seulement pour le théâtre, mais aussi pour le cinéma. Il aborde la technologie dans ses projets comme personne ne l’a jamais fait auparavant. Il a su complètement changer le monde du théâtre par la technologie. Pour lui, la technologie invente et change les styles théâtraux. Il met donc en scène les médias numériques. Tout ce qu’il mettra dans ses productions théâtrales est le cinéma, la vidéo et toutes les  sources de multimédia.[6] Dans la discipline du théâtre, le Québécois Robert Lepage et le producteur Denis Marleau intègrent les nouvelles technologies de façon à les exploiter au maximum.[7] Ils ne la toucheront pas seulement qu’en surface. Ils sont capables de trouver tous les petits détails importants pour permettre la réalisation de chaque grande œuvre technologique. Robert Lepage travaille toujours avec les derniers instruments de la technologie.[8] La pièce de théâtre Zulu Time porte aussi le nom de cabaret technologique. Il est reconnu pour tous ses effets spéciaux. Cette dernière met en vedette toute la gamme de la technologie. Cette pièce met scène des robots électroniques.[9] Robert Lepage, et sa troupe de théâtre Ex Machina, a réalisé un des plus grands projets de haute technologie : Le Moulin à images. Cela ne se serait jamais rendu possible sans la grande évolution de la technologie.[10] Il utilise au maximum les éclairages mis à sa disposition. Il créé des effets d’ombres sur la scène avec les lumières.[11] La plupart du temps, il utilise les technologies les plus complexes qui soient.[12] Ces dernières lui permettent de développer d’autres styles d’écriture au niveau théâtral et cinématographique.[13]

Deuxièmement, la technologie occupe une grande place au niveau théâtral. Lorsqu’il y a une projection cinématographie, à un moment précis ou tout au long de la pièce, cela rehausse parfois le niveau d’intensité du jeu des acteurs. Les spectateurs embarquent alors davantage dans le feu de l’action. La scène n’est donc plus la seule en alliance avec la technologie, mais également la salle.[14] De plus, la technologie est mise au service du théâtre expérimental. En effet, ce type de théâtre est à la recherche de nouvelles expérimentations de la technologie. Ayant un accès rapide aux ordinateurs, les gens peuvent maintenant se procurer une foule d’informations sur la programmation théâtrale.[15] Aussi, le son et la vidéo sont très utilisés pour mettre en valeur la production afin de pouvoir approfondir cette dernière.[16] Lors des représentations, la technologie représente toujours, pour les spectateurs, une certaine curiosité. Si l’on sait qu’une pièce est expérimentale, nous serons curieux de la découvrir autant au niveau de la technologie que pour le jeu théâtral. Au détriment des producteurs québécois, le gouvernement a préféré miser sur le développement de la Cité Multimédia, au malheur de la création artistique de haute technologie.[17] Par ce fait même, les Québécois ont toujours été des mordus de la nouveauté.[18] De plus, la ville de Montréal est l’une des seules faisant partie d’un réseau avant-gardisme.[19] Jour après jour, cette dernière explore de nouvelles technologies pour les mettre en avant-scène. Tellement que nous sommes attirés par les arts médiatiques, Le Répertoire en arts médiatiques est présent pour nous montrer les équipements de fine pointe technologique.[20] Bref, pour les Québécois, il est important de développer la culture technologique.[21]

Pour commencer, la technologie a pour définition d’être l’étude ou même la science des techniques.[22] Au court du 20e siècle, l’art en général a subi de multiples évolutions. Il eut une chaîne de mouvements artistiques qui se miroitait chez les artistes.[23] Tout d’abord, l’oeuvre d’art est divisée en deux parties. La première est immatérielle, et la deuxième est d’une part technique.[24] L’art tel quel et la technique ont toujours été mis ensemble pour la création de l’artiste.[25] Cela est indispensable pour le créateur. Ces deux combinaisons donnent habituellement quelque chose de merveilleux. La technologie a pour définition d’être l’étude ou même la science des techniques.[26] Un peu partout dans le monde, la culture de la technologie ne cesse de s’agrandit de jour en jour. Il y a de plus en plus de moyens technologiques à la portée des gens. Au cours des années 70-80, il eut une sorte d’ensorcellement pour les nouvelles technologies.[27] La technologie devint alors de plus en plus accessible pour tout le monde.[28] Les gens vont alors vouloir se procurer cette nouvelle tendance.  Cependant, ils devront débourser énormément d’argent afin de pouvoir se les procurer. Avec le temps, nous n’avons plus à dépenser des milliers de dollars pour nous procurer certaines marques de caméra vidéo ou même d’appareil photo numérique. Le film cinématographique Elastic Movies est l’une des premières réalisations conversationnelles utilisant la vidéo au cinéma.[29] La technologie n’a malheureusement pas seulement de bons côtés pour le domaine des arts, parfois, cela en est même décevant. Par exemple, si je prends en considération l’appareil photo, ce dernier fait perdre à l’œuvre son unicité.[30] Présentement, les arts utilisant la technologie se rapprochent de plus en plus  des médias de masse. En lien avec cette idée, nous sommes dans l’impossibilité de produire une création artistique par rapport à la société. Par conséquent,  dans l’ancien système des beaux-arts, il en était dans l’évidence de faire ainsi.[31]

CONCLUSION

En guise de conclusion, nous aimons voir le développement des arts de la technologie se développer avec une très grande rapidité. La technologie demeure un enjeu majeur dans notre société. Avec le temps, les arts électroniques n’ont jamais cessé d’évoluer. La technologie s’est introduite avec succès, autant dans le théâtre mondial que dans le théâtre québécois. Aujourd’hui, il est fréquent de voir la technologie dans les pièces de théâtre et au cinéma. Avec les arts électroniques, on rend le théâtre beaucoup plus dynamique. On explore tout cela en profondeur. Nous n’avons pas peur d’aller chercher les petits détails de la technologie pour rehausser le fond d’une pièce. Pour terminer, la pièce de théâtre Zulu Time a été un fort succès auprès des spectateurs. Elle a nécessité plusieurs types d’arts de la technologie.


[2] IDEM

[3] Ludovic FOUQUET. Robert Lepage, l’horizon en images, Québec, Les éditions L’instant même, 2005, p.100

[4] IDEM p. 101

[6] Ex Machina, (Page consultée le 17 décembre 2008) [En ligne] adresse URL : http://lacaserne.net/index2.php/robertlepage/

[7] Stéphane BAILLARGEON. «Technologie», Forces, n˚ 136 (Octobre 2002), p.71

[8] Patrick CAUX, et Bernard GILBERT. Ex Machina, Québec, Les éditions Septentrion, 2007, p.48

[9] Stéphane BAILLARGEON. «Technologie», Forces, n˚ 136 (Octobre 2002), p.71

[11] Patrick CAUX, et Bernard GILBERT. Ex Machina, Québec, Les éditions Septentrion, 2007, p.48

[12] IDEM

[15] Wikipédia, (Page consultée le 17 décembre 2008) [En ligne] adresse URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre#Th.C3.A9.C3.A2tre_et_Internet

[17] Stéphane BAILLARGEON. «Technologie», Forces, n˚ 136 (Octobre 2002), p.74

[18] IDEM p.71

[19] IDEM

[20] IDEM p.72

[21] IDEM p.74

[22] Wikipédia, (page consultée le 16 décembre 2008), [En ligne], adresse URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Technologie

[23] Fnac, (page consultée le 16 décembre 2008), [En ligne], adresse URL : http://livre.fnac.com/a848205/Bernard-Blistene-Une-histoire-de-l-art-du-XXe-siecle

[24] Christophe DOMINO, L’art contemporain, Paris, Éditions Scala, 2005, p.101

[25] Florence DE MÈREDIEU «Art vidéo/Art numérique» Arts et nouvelles technologies, Bologne, Édition  Larousse, 2003, p.8 (collection «Comprendre, Reconnaître»)

[26] Wikipédia, (page consultée le 16 décembre 2008), [En ligne], adresse URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Technologie

[27] Stéphane BAILLARGEON. «Technologie», Forces, n˚ 136 (Octobre 2002), p.70

[28] Christophe DOMINO, L’art contemporain, Paris, Éditions Scala, 2005, p.101

[29] Stéphane BAILLARGEON. «Technologie», Forces, n˚ 136 (Octobre 2002), p.70

[30] Christophe DOMINO, L’art contemporain, Paris, Éditions Scala, 2005, p.101

[31] Stéphane BAILLARGEON. «Technologie», Forces, n˚ 136 (Octobre 2002), p.72

Mon affiche

Laisser un commentaire

Ce cher Bettelheim ….

Laisser un commentaire

Récemment, j’ai lu un livre qui s’intitule psychanalyse des contes de fées par Bruno_Bettelheim. Je n’ai jamais ris autant. C’est tellement drôle de voir comment il arrive démystifier un conte pour enfant je vous laisse sur un léger passage du livre. Je vous synthétise ce dernier.

JEANNOT & MARGOT

Lorsque le conte a été écrit par les Frères Grimm, il était surtout dédié à la classe moyenne du 19e siècle. La version première c’est-à-dire celle écrite par Giambattista Basile décrivait la dureté de la vie au moyen âge. L’infanticide selon les idées historiographiques de l’époque était une pratique courante. Il n’était pas rare de voir des parents abandonner ses enfants dans le bois et de les laisser mourir.

Rivière :

Elle symbolise une transition et un renouveau qui annoncent un palier supérieur de l’existence (comme les baptêmes)

Dans le conte, la rivière est l’obstacle qui précède la nouvelle vie des deux enfants. Après l’avoir traversée, ils rejoignent leur père avec tous les bijoux pour enfin vivre heureux.

Oiseaux :

  • Mangent les miettes de pain
  • Indique le chemin de la maison en pain d’épice
  • Indique le chemin du retour à la maison de leur père

– Ils font prendre le risque aux enfants d’affronter les dangers du monde.

-Ils mettent les enfants sur la piste qui les mènera vers la récompense.

-Colombe blanche : Dans les premiers temps du Christianisme, elle représente les puissances supérieures bienveillantes.

-Dans le conte, il y a un canard blanc qui les aide à traverser la rivière.

Donc on constate que les oiseaux les aident tout au long de l’histoire

Les Noces de Figaro

Laisser un commentaire

Personnellement, je trouve que notre génération est ensevelie de musique populaire. Qu’advient-il des grands compositeurs classiques. Ceux-ci n’ont absolument rien à voir avec du Justin Bieber ou du Lady Gaga. Je voulais vous faire part d’une recherche que j’ai fait à une époque où j’avais le temps …

Plusieurs artistes ont laissé des trésors artistiques derrière eux. Par la musique, le compositeur hors pair, Wolfgang_Amadeus_Mozart a laissé d’innombrables créations musicales. Dans ce travail, je me concentrerai spécifiquement sur Les Noces de Figaro une composition écrite en 1785-1786. En premier lieu, j’élaborai la démarche artistique de talentueux créateur. Par la suite, j’analyserai l’opéra Les Noces de Figaro. J’expliquerai la démarche qu’il a utilisée pour mettre à terme la musique classique. Pour terminer, je donnerai mon point de vue sur ce musicien.

Pour commencer, Wolfgang Amadeus Mozart est considéré comme un des plus importants compositeurs de la musique classique. Ce musicien se spécialise surtout dans la symphonie, la sonate et le concert. De plus, il est le plus grand auteur d’opéra de son époque. Dans le domaine de la musique, son talent n’a jamais cessé d’accroître. Les pièces de style classique étaient ses préférences musicales. C’est sur elles qu’il préférait travailler. C’est alors qu’il imitera les génies qui ont composé de la musique classique avant lui, tel que Bach. Par contre, il rendra sa mélodie ultra complexe. Il suivra cette méthode tout au long de son cheminement musical. Il est toujours à l’écoute des genres musicaux de son époque. C’est ainsi qu’il aura une immense facilité à composer des oeuvres de style classique. Mozart a l’oreille absolue. Il est capable de reproduire la même mélodie, en l’écoutant une seule fois.[1] Il y a un concept pour expliquer ce phénomène ; cela se nomme la théorie des langages innés. Dès la naissance, le cerveau est capable de capter et de comprendre presque instinctivement la langue d’expression, les mathématiques et la musique. Ce musicien renommé est capable de passé pas dessus ses préjugés. De plus, il est capable d’étendre sa perception. Avec ces qualités, ce génie sera évidemment plus créatif. Sa créativité est gérée par des lobes frontaux. Pour créer ses chansons, il a un grand besoin de dopamines. Chez ce compositeur-interprète, son hémisphère droit du cerveau fonctionne au maximum. Son appréhension de la musique est instantanée. Même s’il entend une mélodie catastrophique, il sera capable de la remettre dans l’ordre grâce à sa capacité d’envisager la globalité de la chose. De plus, l’hémisphère droit a de la difficulté à comprendre le langage parlé. Par conséquent, il est habile à comprendre le langage non verbal. Chez cet artiste, le non verbal c’est la musique. Il est habile à comprendre ce type de langage. Chez cet artiste, le non verbal c’est la musique. Dans ses mélodies, il utilise deux principes Léonardien. Il aura recours à la Corporalita et à la Connessione. Il rendra sa mélodie d’une beauté incroyable. De plus, il fera des liens avec de multiples combinaisons en lien avec la musique. Il écoutera de grands compositeurs, pour ensuite combiner leur mélodie avec sa musique.

Deuxièmement, Les noces de Figaro est un opéra très drôle et très diversifiant composé en 1785-1786.[2] Il avait retravaillé cette mélodie pour les instruments à vent en 1787.[3] Cet opéra est l’un des favoris de Wolfgang Amadeus Mozart.[4] Ce chef-d’oeuvre fut proclamé par tous les spectateurs à Prague.[5] L’ouverture Les Noces de Figaro a été écrite seulement deux jours avant la grande première.[6] Dans l’ensemble de cette composition, il a expérimenté un tas de choses, en très peu de temps.[7] Mozart démontre qu’en quelques jours, qu’il a su démontrer une forme d’art avec beaucoup de personnages.[8] Dans cette pièce, Mozart démontra encore une fois, son immense talent.[9] Par conséquent, Mozart n’a pas inventé un style en particulier.[10] Tout de même, il a su les composer de façon parfaite. Guillaumim et Anzieu ont étudié la sublimation dans la création. Chez Mozart, le sentiment de la beauté est important. Il voulait que son œuvre soit parfaite, au plus haut point. Il voulait que le public apprécie son œuvre.[11] De plus, il d’autres aspects utilisés chez ce compositeur : l’art et la mort. Ce compositeur a souffert de sadisme par Salieri. Mozart a été poussé par ce dernier pour qu’il écrive cet opéra en si peu de temps.[12] De plus, la théorie de Demory est mise en valeur chez cet artiste. Il a pu écrire la musique pour l’opéra en si peu de temps.[13] Son imagination était très fertile. Cela est indispensable pour le développement de la créativité. Encore une fois, dans sa musique, Mozart utilise des qualités créatrices de Léonard De Vinci. L’arte-scienza est utilisé chez ce compositeur. Pour créer à toute vitesse, il n’aura pas le choix d’utiliser les deux parties de son cerveau : l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche. Bref, son cerveau sera sollicité au grand complet. Il utilisera la méthode analogique fantastique de William Gordon. Dans la tête de cet artiste, l’opéra est déjà fini d’être composé. Il ne reste plus qu’à la peaufiner. Avec cette analogie, la musique de cet opéra donnera quelque chose de tout simplement parfait. D’après moi, Mozart est un génie de la musique classique, car il possède un amour inconditionnel pour cette dernière.

En guise de conclusion, Wolfgang Mozart Amadeus a mené une belle carrière musicale, si j’exclus l’épuisement qu’il a subi dû à l’écriture. Même s’il n’a pas inventé un style en particulier, il a tout de même percé au niveau musical. Cet artiste a écrit plusieurs pièces de toutes les sortes, dont Les Noces de Figaro. Ce compositeur a un génie fou. Il est capable de reproduire la même musique en l’ayant seulement écouté une seule fois. Son hémisphère gauche fonctionne au maximum. On peut aussi dire qu’il a fait preuve d’une immense imagination.


[1]Wikipédia, (page consultée le 3 décembre 2008), [En ligne], adresse URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wolfgang_Amadeus_Mozart#Biographie

[3] H.C. Robbins LANDON, 1791 La dernière année de Mozart, France, Édition Fayard, 2005, p. 36

[4] IDEM, p.273

[5] Paul ROUSSEL, Mozart raconté en 50 chefs-d’œuvre, Ottawa, Les éditions de l’homme, p. 163

[6] IDEM

[7] IDEM, p. 168

[8] IDEM

[9] IDEM

[10] Jean-Victor HOCQUARD,  «Mozart» (Wolfgang Amadeus), Encyclopaedia Universalis, Paris, Corpus, 2002, v. 15, p.658

[11] Paul ROUSSEL, Mozart raconté en 50 chefs-d’œuvre, Ottawa, Les éditions de l’homme, p. 163

12 IDEM p. 159

[13] IDEM

Speak White

2 commentaires

Heyy je voulais trop vous faire part de cette vidéo rendez-vous à 1 minute 53 et laissez-vous emporter, par son délire ….

Résumé du livre Oscar et la dame Rose

2 commentaires

Magnifique histoire à lire et à voir absolument !!!!

Pendant la lecture du  roman, j’ai pu constater qu’ Oscar subit le passage de l’enfance à la mort. Avant son décès, il prend conscience des petites choses que la vie peut lui emporter. Il va se rendre compte que la vie est fragile. Il découvrira que les personnes malades ne viennent pas seulement à l’hôpital pour se faire guérir, mais aussi pour mourir. Par exemple, il va très vite se rendre compte que tout le monde va finir par mourir un jour ou l’autre. Oscar traversera plusieurs épreuves tout au long de sa maladie. Par exemple, il aura à négocier avec l’amour de Peggy Blue qu’elle aura pour lui. Elle partira un jour ou l’autre comme lui. Il aura de la difficulté à distinguer la souffrance physique et la souffrance morale. Aussi, il aura à surmonter tous les problèmes qu’il aura à faire face tout au long de sa vie. Il va se faire ami avec quelqu’un qui ne considérait même pas important : Dieu. De plus, il sait très bien que son opération n’aura pas fonctionné, comme il l’aurait souhaité. Cet enfant malade va se confier à une personne qui lui est très chère à ses yeux. C’est une vieille femme qui lui rend visite à l’hôpital. Elle se fait surnommer Mamie-Rose. Cette femme lui expliquera qu’il est important de se confier à quelqu’un, pour se vider le cœur. S’il garde toujours ses mauvaises passes en dedans de lui, il ne mourra pas le cœur léger. Cette femme lui confia qu’il y a toujours une solution quelque part. C’est alors qu’elle lui présenta Dieu. Mamie-Rose a été formellement transformée par Oscar. Ce jeune garçon lui a montré ce qu’était réellement le courage. Avec ce jeune garçon, elle a pu être complètement une autre personne. Lorsqu’elle était en garde d’Oscar, elle inventait des légendes. C’est grâce à une légende plus particulièrement qu’Oscar vécut ses derniers jours avec passion. Il a découvert le reste de sa vie en seulement 12 jours. Chaque journée était multipliée par dix. Donc il est mort approximativement à 110 ans. D’après moi, cela lui a emporté un bonheur exceptionnel. Il a su voir sa maladie de façon différente de la réalité. Il n’a pas vu sa maladie de manière triste. Il a réellement eu une certaine reconnaissance pour ses derniers jours. Cette vieille femme était complètement éblouie par le grand cœur d’Oscar.

Older Entries